QUE LA MONTAGNE EST BELLE 2010

« Que la montagne est belle » est une opération créée par la Fédération française des clubs alpins et de montagne en 2005 pour rappeler son attachement à une pratique sportive respectueuse du milieu montagnard naturel et humain. Le thème retenu cette année était la biodiversité. Les clubs alpins de Caen et du pays de Flers ont articulé l’évènement en deux temps : un chantier le samedi 25 septembre et une randonnée bilan de l’opération 2007 le dimanche 26 septembre.

 

Journée du 25 septembre :

Chantier de restauration et de création de mares

(pannes dunaires) sur le site de l’estuaire de l’Orne

 

Organisateurs : Conservatoire du littoral, C.P.I.E Vallée de l'Orne

Intervenants : Syndicat mixte « Calvados littoral espaces naturels »

Conservatoire Fédératif des Espaces Naturels de Basse-Normandie

Participants : Membres bénévoles du Club Alpin Français de Caen

 

CONTEXTE ET OBJECTIF DU CHANTIER

Le Conservatoire du littoral est propriétaire de 342 ha sur le site de l’estuaire. La gestion de ce patrimoine naturel est confiée au Syndicat mixte « Calvados littoral espaces naturels ». Deux gardes du littoral œuvrent au quotidien sur le site pour en assurer sa surveillance et son entretien. Le « Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement Vallée de l’Orne » est chargé de l’animation sur l’estuaire de l’Orne (éducation à l’environnement et au développement durable). Le Conservatoire Fédératif des Espaces naturels de Basse-Normandie a élaboré et met en œuvre aujourd’hui le programme régional d’actions pour les mares (PRAM) à l’échelle de la Basse-Normandie. Le but du programme étant d’enrayer le processus de disparition des mares en Basse-Normandie. Ce chantier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan de gestion du site qui définit les orientations et les opérations à mener sur l’estuaire de l'Orne afin d’en assurer sa conservation intrinsèque. Concrètement, il s’agissait pour les bénévoles de participer à la création de pannes dunaires à l’aide d’outils manuels (pelles, bêches, etc.). Le réaménagement de ces points d’eau et le maintien d’un milieu environnant ouvert doit permettre de recouvrer les conditions d’accueil et de reproduction favorables aux amphibiens (Triton, Grenouille, Crapaud), et en particulier à l’espèce Crapaud calamite (Bufo calamita) qui se reproduisait, il y a quelques années, sur les friches industrielles entre le canal et l’Orne à proximité du Pegasus Bridge. Le site de l’estuaire de l’Orne possède la seule population connue du Calvados.

 

QU’EST-CE QU’UNE PANNE DUNAIRE ?

Les pannes dunaires sont des mares naturelles, situées au niveau des dunes dans des dépressions formées par le vent. Elles sont particulièrement importantes car ce sont les mares les plus riches par leur biodiversité. Elles accueillent de nombreuses espèces patrimoniales. Leur végétation verdoyante, très fleurie au printemps, est très agréable à contempler. Les pannes sont les seules mares que l’on trouve sur substrat sableux. Leur présence est rendue possible du fait que la nappe phréatique, affleurante à la surface du sol à proximité du littoral, est en mesure d’alimenter directement les dépressions en eau. Il résulte de ce mode d’alimentation que les pannes sont très souvent des mares temporaires, dont le niveau d’eau varie d’une année à l’autre et même au cours d’une année. Les pannes sont de plus en plus rares, pour plusieurs raisons : le processus à l’origine de leur formation est devenu exceptionnel (fixation des dunes) ; le niveau des nappes a baissé par endroits ; les pannes existantes disparaissent par la colonisation des arbustes.

 

COMPTE-RENDU DU CHANTIER

 

Samedi matin, une douzaine de bénévoles du club alpin de Caen se retrouvaient à la maison de la nature et de l’estuaire de l’Orne dans la baie de Sallenelles. Après une présentation du site, de son histoire et des enjeux pour la conservation de ce patrimoine naturel, la petite équipe accompagnée de Hervé Niel, garde du Conservatoire du littoral, de Thierry Pitrey, directeur du CPIE Vallée de l’Orne et de Loïc Chéreau, coordinateur du programme régional d’action sur les mares (PRAM), s’est rendue sur le site à proximité de la redoute dite de Vauban. Après avoir observé une mare qui avait été creusée deux ans auparavant découvrant la végétation et les larves de libellules qui abondaient sur le pourtour, les cafistes ayant troqué leur piolet contre une pelle ou une bêche ont creusé deux mares durant la matinée.

Après le piquenique, après avoir inspecté les deux premières mares pour voir si des locataires y avaient déjà trouvé refuge, une troisième mare a été creusée.

Il faudra revenir randonner dans les dunes dans quelques mois pour observer la colonisation de ces mares et en bivouaquant sur le site pourrons-nous observer cette espèce emblématique de l’estuaire de l’Orne : le crapaud calamite (Bufo calamita).

 

Journée du 26 septembre :

Randonnée autour du ruisseau de Roche Elie

 

22 septembre 2007

Le 22 septembre 2007 les bénévoles du Club alpin français enfilaient leurs bottes et entamaient le chantier pour la restauration d’une partie du cours d’eau du Roche-Élie. Le 15 octobre les étudiants du Lycée agricole de Sées prenaient le relais. En tout, il aura fallu une journée et demie, quelques âmes volontaires, la participation active de l’exploitant et du propriétaire, et une pincée de bonne humeur pour mener à bien le chantier conduit pour la bonne santé du lit mineur de l’affluent du Sarthon. Au total, 700 mètres de cours d’eau ont été traités ; l’opération consistait à poser des blocs de pierre afin de créer des habitats pour les espèces aquatiques et redonner au lit une largeur normale avec un espace de liberté plus grand pour qu’il puisse générer des méandres. Le fait de freiner les écoulements, de diversifier le cours d’eau et d’oxygéner le ruisseau ont d’ores et déjà permis d’éviter les inondations du champ en aval, et de recréer une dynamique. Aujourd’hui, la portion du cours d’eau située en périmètre Natura 2000 a retrouvé de sa vitalité : de nouveaux habitats devraient être utilisés par les espèces aquatiques. Aux vus des résultats satisfaisants obtenus, la parcelle, considérée comme station expérimentale du Parc naturel régional Normandie-Maine, devrait permettre à terme de reproduire l’opération à plus grande échelle.

Action réalisée en partenariat avec le Parc Naturel régional Normandie-Maine, la fédération de Pêche de l’Orne et l’Association Agrée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de la Roche-Mabile.

 

26 septembre 2010

L’idée était de faire une randonnée qui mènerait près du ruisseau de Roche Elie pour rencontrer un animateur du Parc Régional Normandie-Maine et faire un état des lieux trois ans après la remise en état de bon fonctionnement biologique du cours d’eau. A 9H30, il n’y avait que 7 randonneurs à venir fêter cet anniversaire. Il est vrai que pour les randonneurs du CAF de Caen, il y avait 100 km pour se rendre au carrefour de la Croix Madame dans la forêt d’Ecouves, point de départ de la randonnée, que la météo n’était pas très favorable et que les plus motivés avaient déjà participé la veille au chantier de création des mares dans l’estuaire de l’Orne.

Nous avons donc retrouvé sur le pont de Roche Elie à Fontenai les Louvets Matthieu Scelles du Parc Régional Normandie Maine et nous sommes descendus près du ruisseau. Après un été particulièrement sec, le niveau du ruisseau était bas, mais, première satisfaction, nous avons pu entendre le chant de l’eau sur les pierres. Des arbres, saules, aulnes, bouleaux avaient poussé le long des berges. Sous les pierres, nous avons observé les différentes espèces végétales et animales qui peuvent maintenant s’installer.

Samedi 26 janvier de 10h à 12h

Le gymnase ouvrira ces portes aux familles de centres sociaux CAF de la ville le temps d'une matinée pour faire découvrir l'escalade à un public parfois éloigné des pratiques sportives.


Le club encadrera en partenariat avec la direction des sports de la ville de Caen.